Machaut: Loyauté, que point ne delay (L1)

Monophonic lai.

Sources: Machaut Manuscripts A B C E & G

Lyrics

Loyauté, que point ne delay,
Vuet sans delay
Que face un lay;
Et pour ce l'ay
Commencié seur ce qu'il me lie
En amours, dont si me navray
Que mon vivre ay,
Tant com vivray,
Mis, sans oster, en sa baillie.
Mais vos cuers point ne s'amollie,
Dame jolie,
Eins contralie
A chiere lie
Le mien, dont ja mais je n'avray
Joieuse vie;
Cars mors n'envie,
Dont je devie,
S'an vo gentil corps cuer n'avray.

Si ne sçay de quelle part traire,
Puis que contraire,
Pour moy detraire,
M'estes, n'attraire
Ne puis de vo plaisant attrait
Riens qui ne soit pour moy deffaire,
Qui, sans meffaire,
Vueil toudis faire
Vo service, en dit et en fait.
Las! einsi de voloir parfait
Vos cuers, qui fait
M'a, me deffait
Sans nul forfait.
Mais pour ce n'en verrés retraire
Le mien que trait
Avés d'un trait
Qui le detrait,
Si qu'à la mort m'en convient traire.

Dame, et quant dou bien me souvient
Qui de vous vient,
Et il avient
Qu'il me convient
Laissier l'aler et le venir
Vers vous, mes corps, que tous maus tient,
Ne se soustient,
N'il n'apartient
Que biens li peüst avenir,
Qu'Amours le fait tel devenir
En son venir,
Par souvenir,
Que revenir
Ne puet à li, car il devient
Com mors; n'il ne puet meintenir
Ne detenir
N'apartenir
A fausseté, qu'à li n'atient,
Eins vous sert en loyal entente,
Ma dame gente,
Qu'Amours l'en tente
En longue attente
De veoir vo viaire gent,
A qui mes las cuers se demente,
Sans ce qu'il mente,
Qui le tourmente
Souvent de l'amoureus tourment.
Et quant je vous serf loiaument
Et liement,
Tres finement,
Sans finement,
Ne voloir n'ay que m'en repente,
Certeinnement,
Petitement
Aligement
Me donnez, quant mors m'est presente.

Bien fust, se j'eüsse mespris,
Dame de pris,
Que j'aim et pris,
Vers vous qui pris
M'avez d'amer sans mespresure.
Mais onques vo vueil ne repris,
Ains ay apris,
Com bien pris,
De vous une noble apresure,
Qui telle est que ma peinne dure
Aveuc m'ardure,
Qui moult me dure,
De cuer endure,
Pour vo biauté qui m'a sourpris.
Or m'estes sure
Par amessure,
Ne n'avés cure
De moy qui à vous me rens pris.

Eymmi! tres douce creature,
Noble en faiture,
Plaisant et pure,
N'est pas droiture
Que vous m'ociés pour amer,
Quant je vous aim d'amour seüre
Et de laidure
Vous asseüre.
Or ne me daingniez reclamer;
Dont il m'estuet chetif clamer
De cuer amer,
Quant enflamer
Me voy d'amer,
N'Amours ma dolour point ne cure.
Mais nuls homs ne m'en doit blamer
Ne diffamer,
Puis qu'afamer
Me vuet d'amoureuse pasture.

Einsi loyal Amour m'ateint
Et si me teint
De divers teint
Ne point n'esteint
Ce qui me fait palir et teindre.
Et mas las dolens cuers se pleint
A moult haut plaint
Et se complaint.
Mais il se puet assez compleindre;
Car sa dure dolour remeindre
Ne puet n'estaindre,
Qu'Amours, sans feindre,
Fait en li meindre
Il desespoir qui le sourveint,
Et, pour li plus forment contreindre,
Le fait destreindre,
Sans joie atteindre,
D'un dangier, dame, qu'en vous maint.

Pour ce, dame, je me destour
De vostre atour,
Fait à droit tour,
Ne mon retour
Ne ferai, se soit retournés
Vos gentis cuers en autre tour,
Qui en destour
Fait meint estour
Au mien, dont mal sui atournés.
Helas! je sui à ce tour nés,
A mort tournés,
Que ja clamés
Amis n'amés
Ne seray de vous que j'aour.
Et se savés
Que vous m'ames
Et que donnés
Sui à vous de loyal amour.

Pour ce à vous plus que je ne seuil
Me plaing et dueil,
Quant je recueil
De vostre accueil
Semblant qui ma dolour empire.
Mais ja pour ce ne quier ne vueil
Muer mon vueil,
Comment que dueil
Aie, qui va de mal en pire;
Car puis que c'est au desconfire,
N'à vous souffire
Le grief martire,
Qui me martire,
Ne vuet, tres belle, sans orgueil,
Par escondire
Vous pri, pleins d'ire,
Que tost occire
Me vueillent vostre dous vair oueil.

J'ay droit; car, se procheinne mort
A moy s'amort,
Si que moy mort
Par son dur mort
Face, sans cuer et sans espoir,
En desconfort,
Sans reconfort,
Vos cuers moult fort
En sera liés, si com j'espoir,
Et vous pouez moult bien savoir
De ce le voir,
Que miex avoir
Que nul avoir
Vueil la mort qu'en mal que je port,
Sens miex voloir,
Par vo voloir,
Adès doloir
Moy, sans joie avoir ne deport.

N'il n'est nuls, belle bonne et sage,
En qui hommage
Sui en servage
A heritage,
Qu'estre n'amast miex mors que vis
Que languir en si dure rage
Qui n'assouage;
Car elle esrage
De moy scens, pouoir et avis.
Pour ce, frans cuers amanevis
Et assevis
De plaisant vis,
A mon devis,
Vous pri qu'aiés loyal corage;
Car je devis,
Quant je m'avis,
Comme homs ravis,
La mort, quant vous m'estes sauvage.

Et à loy de loyal amy
Pleure et gemi
Et di: "aimy,"
Quant anemi
Truis vo dur cuer à ma priere;
Et quant tuit li bien endormi
Se sont pour mi,
Mes cuers par mi
Part presques, douce dame chiere.
Belle, et comment que bien affiere
Qu'à moy soit fiere
Vo douce chiere,
Qui tant m'est chiere,
N'est drois, quant elle ha sans demi
M'amour entiere,
Sans parsonniere,
Qu'à mort me fiere,
Car ja de paour en fremi.

Ainsois vo douçour esmerée,
Dame honnouré,
Tant desirée,
D'onneur parée,
Qui mon corps teint et mon cuer art,
Deüst ma joie avoir doublée.
Or ay pensée
Desesperée,
Qui me fait languir maint et tart;
Car quant en depriant regart
Vo dous regart,
Se Diex me gart,
Je n'ay regart
De joie qu'ay tant comparée;
Car nulle part
A moy n'en part,
Eins me repart
D'ardeur à nulle comparée.

Dont il me convient dire: "helas,"
Sans nuls solas;
Mais ne sui las
D'estre en vos las,
Qu'Amours de plus en plus m'i lasse,
Sans garder raison ne compas.
Dont mon respas
N'espoire pas,
Ne temprement ne me respasse;
Car joie m'oublie et trespasse,
Done je trespasse,
Et moy depasse
Doleur qui passe
Toute autre: s'en ay, comme las,
Pensée lasse
Qui si me lasse
Qu'à moy appasse
La mort d'amer plus que le pas.

Car Amours fait de moy bersaut,
Et si m'assaut
De maint assaut
Et fait meint saut;
Dont je doubt que sa cruauté
Ne m'ocie; car en tressaut
Mes cuers tressaut,
Tramble et deffaut,
Pour ce qu'il ha toute durté.
Mais Amours ha en moy planté
Si grant plenté
De loiauté
Que fausseté
Ne feray; car, se Diex me saut,
Se despité
M'a sans pité,
Tost respité
M'ara; mais qu'elle me consaut.

Qu'en joie puet mon mal changier
Et aligier
Moy de legier,
Sans damagier
Vostre honneur, dame de vaillance,
Sans plus, s'elle me laist cuidier
Ou souhaidier,
Pour moy haidier,
Qu'aie encor de vous aligence.
Et la mort dont sui en balance
Par vo sanlance
Qui fiert et lance
Mon cuer sans lance
Et tient en son tres dous dangier,
Sans deffiance,
Se j'ay fiance
En esperance,
Feray de moy toute eslongier.

Et se vos gens corps lons, adroit,
Parfait à droit
En tout endroit,
Vuet orendroit
Que pour li muire sans attendre,
Certes, mes cuers miex ne vaudroit;
Et il ha droit,
Puis qu'il faudroit
Dou toutoù Amours le fait tendre,
Qu'en je vuet bien partir et fendre,
Sans li deffendre,
Puis qu'à li tendre
N'estes, n'entendre
Ne daingniés à ce qu'il faudroit
Pour li joie et garison rendre.
S'en vuet bien prendre
Mort, sans mesprendre,
Car vie riens ne li vaudroit.

Hé! dame, plus belle qu'Eleinne,
De moy souvereinne,
Mes cuers se peinne
Et met en peinne,
Par quoi li vostres soit certeins
Que j'aim sans pensée villainne
D'amour certainne,
Si que lonteinne
Me soit l'ardeur dont sui estains.
Mais quant à vous me sui complains,
Souspirs et plains
Dont je sui plains
Sont petit plains
De vous, dame, de grace pleinne.
Et quant dou mal qui m'est remains
A jointes mains
Pri qu'aie meins,
Adont Amours pis me demainne.

Car quant en vous de pité point
Ne truis, n'à point
Amours me point
D'un si dur point
Que de joie tout me despointe
Et d'un fier desdaing le cop oint,
Qui mat m'empoint,
En angle point,
Dont la mort à mon cuer s'apointe.
Mais s'Amours qui mon mal apointe
Vous eüst pointe
De telle pointe,
Tost fust desjointe
De moy l'ardeur qui s'i ajoint;
Mais vos cuers d'un refus m'acointe
Pour dure acointe,
Ma dame cointe,
Qu'Amours pour ma mort li enjoint.

Nompourquant de près et de loing
A vous me doing
Et abandoing,
Ne je n'ay soing
Fors de vous servir à toute heure,
Et vous me failliés au besoing;
Dont je tesmoing,
Et en tesmoing
Tray la vraie amour que je honneure,
Que morir m'estuet sans demeure,
S'ainsi demeure
Qu'à moy court seure
Et me deveure
Vostre refus que tant ressoing
Que mais ne pri qu'on me sequeure;
S'en plaing et pleure,
Quant je assaveure
Que pour vous à la mort me pong.

N'en riens nulle ne me delit,
Ne nul delit
Ne m'abelit,
Ne ne m'eslit
Mes cuers qui en riens ne dessert
Que vous l'ociés sans respit
Pour le despit,
Qu'il me guerpit
Pour vous qu'adès loyaument sert.
Mais vos corps qui est et appert,
Tout en appert,
Cointe et apert,
Ne me depert
Pour mal qu'aie grant ne petit,
Comment qu'il ne m'ait pas couvert,
Eins m'a ouvert
A descouvert
Que de ma mort a appetit.

Et puis qu'il ne vous plaist que je oie
Solas et joie
Qui me resjoie,
Ne que je joie
De nul bien, ains y estes joieuse
Quant pour vous si fort me desvoie
Que je m'avoie
De mort en voie,
Bien me plaist, dame savoureuse;
Car se vous estes plus crueuse
Et meins piteuse,
Dame orguilleuse,
Po amoureuse,
Vers moy, si vueil je, où que je soie,
Souffrir ma doleur dolereuse
Et perilleuse,
Qui convoiteuse
Est que pour vous morir me voie.

Si qu'Amours m'a trop deceü,
Que j'ay creü,
Quant repeü
Ne pourveü
N'a de pité m'ardeur agüe,
Eins ha ma joie descreü,
Bien l'ai sceü,
Et acreü
Le mal qui nuit et jour m'argüe.
Mais s'elle m'ocist et partue,
Point ne m'en mue,
Eins continue
Et m'esvertue
D'amer pour faire mon deü,
N'en moy, se vie m'est tolue,
N'iert ja venue
Desconvenne
Ne mon cuer pour faus congneü.

Einsi de l'amourement espine
Mon cuer espine,
Par la doctrine
Qui me doctrine
D'Amours qui par son grant engin
Met en moy de mort la racine
Et l'enracine
Sans medecine,
Celeement, en larrecin.
Et vos cuers, pour qui je m'affin,
Com dur affin,
Desir a fin
De mettre à fin
Le mien las, qui d'amer ne fine.
Mais, quant pour vous vois à declin,
Vers vous m'enclin,
Le chief enclin,
Car ma vie et mon lay define.


Discography

  1. Bayer BR 100 164
    J'ay pris amours
    Isaak Ensemble, Heidelberg & Eva Lebherz-Valentin
    Rec.: 1990

  2. Eloquentia 0607
    L'amoureus tourment - Loving Torment
    Machaut: Loyauté que point ne delay
    Marc Mauillon / Vivabiancaluna Biffi / Pierre Hamon
    Rec.: 2005

  3. EMI "Reflexe" 1C 063-30 106 [LP]
    Guillaume de Machaut: Chansons I
    Studio der frühen Musik - Thomas Binkley, dir.
    Rec.: 1971

  4. Hispavox HHS 10-459 [LP]
    L'Europe Joyeuse du XIIe au XVIIe siècle
    Atrium musicae, Madrid - Gregorio Paniagua, dir.
    Rec.: 1976 or prior

  5. Opus 111 30-171
    Machaut: Ay mi! - Lais et virelais
    Emmanuel Bonnardot
    Rec.: 1996

  6. Westminster XWN 18166 [LP-Mono]
    Guillaume de Machaut - Motets, ballades, virelais, rondeaux
    The Collegium Musicum of the University of Illinois - George Hunter, dir.
    Rec.: 1956 or prior


Please see the Machaut index page for an introduction, discussion of methodology, and notes on this project.

To Machaut index page

To Early Music FAQ

Pierre-F. Roberge
Todd M. McComb