Machaut: Pour vivre joliement (L21/15)

Monophonic lai.

Sources: Machaut Manuscripts A C E & G

Lyrics

Le Lay de la Rose

Pour vivre joliement,
Nettement, joieusement
Et sans souscy
Ne faut qu'espoir de mercy,
Tant seulement;
Et je l'ay si fermement
Que j'en mercy
Amours et ma dame aussi
Tres humblement.

Je l'ay si fermement
Et si amoureusement
Lonc temps nourri
Tout en mi le cuer de my
Que vraiement
Il me promet bonnement
Et sens nul sy
Que j'aray le nom d'amy
Procheinnement.

Si ne puis nul mal avoir,
Tant comme j'ay cest espoir
Qui me fait vivre et valoir,
Ne je n'ay pesence,
Anoy, grieté ne souffrance;
Et se desirs trop s'avance,
Douce et jolie plaisance
M'est, à dire voir.

Si me merveil, quant doloir
Et complaindre main et soir
Voy maint amant et manoir
En desesperence.
L'un muert d'amoureuse lance
Et l'autre ha toute grevance;
L'autre languist en doubtance
De pis recevoir.

Ce dient; mais le contraire
Tieng le croy;
Car quant le plaisant viaire
Simple et coy,
Le gent corps, le bel arroy
De ma dame debonaire
A loisir remir et voy,
Par me foy,
Riens n'est qui me puist desplaire
Tant m'esjoy.

Et si me convient retraire
Loing de soy,
Ja pour ce ne m'en faut traire
Grief n'anoy,
Car Dous Pensers en recoy
De sa biauté l'exemplaire
Doucement me monstre au doy.
C'est pourquoy
Loing et près toudis repaire
Joye en moy.

Et s'ay l'espoir de joïr
Et dous souvenir
Sens partir,
Car guerpir
Ne me puellent près ne loing,
Eins gouvernent mon desir,
Si qu'à riens ne tir
Qu'à servir
Et cherir
Ma dame, à qui tous me doing.

Dont cil glorieus martir
Qu'amours fait palir
Et languir
Et morir
Devroient avoir grant soing
De les avoir et tenir
Pour leurs maus garir
Et tarir,
Car venir
Les voy toudis au besoing.

Mais dame sage et seüre,
Qui de s'onnour cure,
Voit sens couverture
S'il quierent laidure,
Si que bien se gardera
De leur desir, plein l'ardure
Et de desmesure,
Où scens ne mesure,
Honneur ne droiture,
Amour, bien ne raison n'a.

Comment ose creature
Dire qu'amour pure
Li est si tres sure
Qu'à desconfiture
Ou en desespoir sera,
S'elle ne le prent en cure?
Et dit qu'il endure
Doleur si tres dure
Que, s'elle li dure,
Son grant desir l'ocirra.

C'est pensée
Forcenée,
D'un fol desir engendrée,
Qui tue honneur et deffait
Honnourée,
Renommée,
Ne ja n'iert bien dame amée
D'amant qui ce pense out fait,

Ne celé
Ne gardé.
Mal an et male journé
Puist avoir cilz qui meffait,
Tant qu'il bée
Qu'empirée
Soit dame et deshonnourée
Ou blasmée par son fait.

Comment puet estre vrais amis
Amans tristez et desconfis,
Merencolieus et pensis,
Qui dist que demeure toudis
En doleur et en rage!
A son mal est si ententis
Qu'il entroublie le cler vis,
Par qui il est en ce point mis,
Si qu'il vorroit estre banis
De l'amoureus servage.

De son cuer et ses corps haÿs,
De toute joie est anemis,
Si qu'en cuer qui est si chetis
Ja mais Amours, j'en sui tous fis,
Ne feroit son mainnage.
Mais quant amans est vray sougis,
Countes, joieus, gais et jolis,
Amours en fait son paradis.
S'en doit avoir, se m'est vis,
De mercy l'avantage.

Or laissons ceste matiere
Et venons à la premiere
De ma douce dame chiere,
Où raison maint et maniere,
Douçour et valour,
Qu'est de mes v sans portiere
Et de mon cuer tresoriere
Et de mes yeulx la lumiere;
C'est celle où gist toute entiere
M'amour et m'onnour.

Ja soit ce qu'à moy n'affiere,
Mais sa douce et simple chiere,
Qui n'est estrange ne fiere,
Vuet que mes cuers preingne et quiere
Sejour et demour
En dous espoir dont mais n'iere
Que tous siens, sans parsonniere.
Or doint Diex que ne requiere
Chose à li, de quoy j'aquiere
Dolour ou tristour.

Et par ma foy, tres bien garderay,
Qu'en li garder
Honnourer
Et loer
Cuer, corps, pooir, scens, temps, vie et penser,
Tant com vivray,
Metteray,
Qu'empris l'ay,
Si que ja mais mon temps n'emploieray
Qu'en desirer
Et amer
Sans fausser.
Son bien, sa pais, s'onneur et son vis cler
Aoureray,
Serviray
De cuer vray.

Et se Diex plaist, je sui telz et seray
Que dementer,
Souspirer
Et plourer
Ne me faurra, pour ce que senz cesser
Obeyray
Son corps gay
Et feray
Que, se je puis, par son gré l'ameray.
Plus demander
Ne rouver
N'esperer
Ne vueil ne quier, pour ce qu', à droit parler,
Plus ne vorray
Ne querray,
Quant ce aray.

Et se senz trichier,
De fin cuer entier
La ser et tieng chier,
Doulz espoir me fait cuidier
Que j'aray amie
Qu'on ne puet prisier
Assez n'esprisier;
Et pour ce eslongier
Ne vueil mon cuer n'estrangier
De sa signourie.

Dont partir ne quier,
Car, à droit jugier,
On voit de legier
Que hors sui de tout dangier,
Ne melancolie
Ne m'ose aprochier
Pour joie empechier
Ne je n'ay mestier
De riens qu'on puist souhaidier.
N'est ce bonne vie?

Pourroit on penser ne dire
Ou eslire,
Ymaginer ne descrire
Vie de si grant deport
Que je n'y truis courrous n'ire
N'à redire
Fors jouer, chanter et rire,
Honneur et tres bon acort?

Dame à qui sui ligement,
Vostre doulz viaire gent,
A qui m'ottry,
M'a d'esperence garny
Si richement
Que ne me puet nullement
Mettre en oubly,
Eins est en moy et je en li
Parfaitement.

Et se servi longuement
Vous ay, dame, et loyaument,
Senz nul ottry,
Se j'ay par vo gré servi,
Certeinnement,
Mon service hautement
M'avez mery
Et mon desir acomply
Tres doucement.


Discography

  1. Jecklin-Disco JD 0 622-2 [CD]
    Melpo
    Conrad Steinmann
    Rec.: 1988


Please see the Machaut index page for an introduction, discussion of methodology, and notes on this project.

To Machaut index page

To Early Music FAQ

Pierre-F. Roberge
Todd M. McComb