Machaut: Amours doucement me tente (L7/6)

Monophonic lai.

Sources: Machaut Manuscripts A B C E & G

Lyrics

Amours doucement me tente
Que m'entente,
Si que je ne m'en repente,
Mette en li servir,
Et ma douce dame gente,
Qui est l'ente
De tous biens, m'en atalente,
Et je le desir.

C'est bien drois que m'i assente
En attente
Qu'aucuns de sez dous biens sente
Dedens moy venir.
Pour ce aussi comme de rente
Li presente
Cuer, corps, pouoir et jouvente,
Penser et desir,

Si que tout premierement
Vueil devotement
Loer humblement
Et mercier hautement
Amours en mon lay,
Quant elle m'a franchement,
Sans departement,
Donné ligement
Pour ma dame loyaument
Servier de cuer vray.

Et aussi certeinnement
Bien n'avancement
N'aray nullement,
S'il ne me vient proprement
De son gent corps gay
Qui me fait mout liement
Et tres doucement
Amoureusement
Languir, sans avoir torment,
Tristesse n'esmay.

Vivre ne porroie
N'avoir bien ne joie,
Se ne la servoie
Et obeissoie
De cuer. Pour ce, où que je soie,
Tous à li m'ottroie,
Ne m'en recroiroie,
Se morir devoie.
Or doint Diex que moie
Sout s'amour; plus ne vorroie.

Ne riens ne vaurroie,
Se je ne l'amoie,
Car elle m'avoie
En la droite voie
D'onneur dont riens ne savoie.
Et je, qu'en diroie?
Sa maniere coie
Si me tient et loie
Que riens ne m'anoie
Qu'Amours me face n'envoie.

Einsi m'a doucement pris
Et mis en son dous pourpris,
Et, certes, je me rens pris,
Sans partir de sa prison,
Car nices et desapris
Sui, mais bien serai apris
Et porrai monter en pris,
Se je l'aim sans mesprison.

Car tant est douce de vis,
Bonne, belle, à mon devis,
Et s'est si bien assevis
Ses gens corps, sans meffaçon,
Que Nature, ce m'est vis,
Y mist si tout son avis
Que j'en sui pris et ravis
Plus qu'onques ne fu pris hom.

Mais trop me plein de Nature,
Quant ma cure
En si plaisant creature
Est sans partir ne mouvoir.
Or n'ay maniere meüre
Ne figure,
Grace, bonté ne mesure
Pour telle honneur recevoir.

Et ce me fait bleceüre
Grief et dure
Et me tolt envoiseüre;
Mais je ferai mon pouoir
Que me dame nette et pure
Soit seüre
Que loyaument, sans laidure,
L'aim et sers sans decevoir.

Autre confors ne sçay fors bien amer;
Et se po vail, il faut que je me peinne
De ma dame servir et honnourer
Et de valour seürs à ce me meinne.

Car se je ser ma dame sans fausser,
Tant est vaillant, franche, douce et humeinne
Que ses frans cuers ne porroit endurer,
S'elle le scet que je perde ma peinne.

Las! qu'ay je dit? ja n'iert perdue
Ne retenue,
Car à vous ce doubles rendue
M'est, sans plus, par douce esperance
Dont fine amour est soustenue
Et repeüe,
Quant de la belle ay la veüe
Qui me point d'amoureuse lance.

Et ce mout durement m'arguë,
Dont je tressue,
Et ma coulour desteint et mue;
S'en pers maniere et contenance,
Que ne suis pas de tel value
Que receüe
Soit de moy l'amour ne heüe
De dame de si grant vaillance.

C'est ma paour,
C'est m'ardour,
C'est mon plour,
C'est ma dolour,
Ma tristour,
Ma langour,
C'est ce qui pis me fait et mal atourne.
Et sa valour,
Sa coulour,
Sa douçour,
Sont gent atour,
Sans baudour
Ne folour,
Font que mes cuers en li meint et sejourne.

Et fine Amour,
Qui demour
Et sejour
Fait nuit et jour
Et moy pour
Mon millour,
Vuet que dou tout à li amer m'atourne.
Dont je l'aour,
Criem, honnour
Par honnour,
Sans deshonnour,
Et demour
En ce tour
Que riens qui soit ne voy qui m'en destourne.

Si ne me doit plas desplaire,
Mais mout plaire
Mon attraire
A li servir sans retraire;
Et se petit vail,
Son tres dous plaisant viaire
Debonnaire
Exemplaire
Me sera de tous biens faire:
Pour ce à li me bail.

Car elle est de si bonne aire
Et d'affaire
Tel que traire
Ne scet à mal ne meffaire;
Mais s'à s'amour fail,
Tuit bien me seront contraire
Et deffaire,
Sans refaire,
Convenra mon cuer et traire
De mort le travail.

Mais tost m'aroit respité
Sa bonté,
S'un samblant d'umilité,
Engendré
De fin cuer enamouré,
Faire me voloit;
Et j'espoir qu'en sa biauté
Qui navré
M'a soit pure loyauté
Et pité.
Or li doint Diex volenté
Que s'amour m'ottroit.

Si m'ara guerredonné
La santé,
Que j'ai lonc temps desiré,
Et donné
De toute joie à plenté,
Qui ne me faudroit,
Et mis en si haut degré
Qu'à mon gré,
Se quanque Diex ha formé
Et crée
M'estoit tout abandonné,
Tant ne me vaudroit.

Si ne quier
Ne requier
A Dieu, nès par souhaidier,
Fors s'amour entiere
Qui changier
De legier
Puet mes maus et aligier,
S'elle oit ma priere.

Eslongier
N'estrangier
Ne me quier de son dangier
Par nulle maniere,
Qu'avancier
Et aidier
Plus me puet que n'os cuidier
Sa tres douce chiere.

Et se pour li me tourmente
Et demente,
Quant elle ne m'est presente,
Ce fait, sans mertir,
Desirs qui me represente
Plus de trente
Pensers, voire de sexente,
D'un seul souvenir.

Car sa grant biauté la plente
D'amours plente
En moy et me met en sente
De li obeir,
Et Loyauté n'est pas lente,
Einsois l'ente
Suer foy que je li creante
Jusques au morir.


Discography

    No known recording


Please see the Machaut index page for an introduction, discussion of methodology, and notes on this project.

To Machaut index page

To Early Music FAQ

Pierre-F. Roberge
Todd M. McComb