Machaut: S'onques dolereusement (L17/12)

Three-voice lai (in canon throughout).

Sources: Machaut Manuscripts A B E & G

Lyrics

Le Lay de Confort

S'onques dolereusement
Sceus faire ne tristement
Lay ou chanson
Ou chant à dolereus son
Qui sentement
Ait de plour et de tourment,
Temps et saison
Ay dou faire et occoison
Presentement.

Qu'en terre n'a element
Ne planette en firmament
Qui de pleur don
Ne me face et, sans raison,
Mon cuer dolent;
Et Fortune m'a dou vent
D'un tourbillon
Tumé jus de sa maison
En fondement.

Et si ne m'a que d'un oueil
Resgardé,
Mais tant grevé,
Se Diex me gart,
M'a de son demi-regart
Que trop m'en dueil
Qu'à son vueil
Me met en dueil
Sa cruauté
Et me tient contre mon gré,
Par son faus art,
Main et tart,
Plus c'un poupart
En un bersueil.

Tout desvuet quanque je vueil
Sa durté
Qui m'a miné;
Se n'ay regart
Que tel joie me regart
Comme avoir sueil,
Eins recueil
Par son orgueil
Toute grieté,
Quant je voy en haut degré
Maint grant paillart,
Maint coquart
Et main couart
Par son escueil.

Ainsi Fortune se chevist
Que l'un morrist,
L'autre amaigrist,
L'un enrichist,
L'autre apovrist;
Se l'un en pleure, l'autre rist.
En tels fais se delite.
Se l'un fait grant, l'autre amenrist
Par droit despist,
Son fait honnist;
Autre apetist,
N'autre delist
N'a: je ne prise son profit
Une troée mite.

Elle se boute en maint abist;
Se l'un garist,
L'autre mourdrist,
Quanqu'elle dist
Tantost desdist.
Adès est contraire à son dist
La fausse, l'ypocrite
M'a si blecié en l'esperist
Que ja decrist
N'iert par escrist.
Einsi languist
Mes cuers et vist
En grief qui n'est pas plus petist
Des x plaies d'Egypte.

Et, certes, je ne doubt mie
Que, s'à droit m'eüst
Resgardé, ma brief vie
Fenie ne fust,
Qu'en monde n'a fer ne fust,
Force, engien ne signourie
Qui sa fureur receüst,
Ne scens qui sceüst
Eschuer sa tricherie:
Tant faire peüst.

Et se ma vie fenie
Fust, tant me pleüst
Que ja mort dont j'ai envie
Ne me despleüst;
Car plus ne me deceüst
La traïtre renoÿe
Et pitez me concreüst,
Ne plus ne y eüst
Ma crueuse maladie
En moy ne acreüst.

Einsi en grant desconfort,
Dous amis, se desconforte
Mes cuers qui t'aimme si fort
Qu'amours ne fu mais si forte,
Dont joie n'a ne deport
Pour les griés que li tiens porte.
S'en ay en moy tel remort
Que bien vorroie estre morte.

Car Fortune nous fait tort
Par diverse voie et torte;
Mais en esperence au fort
Un tres petit me conforte,
Et en cest espoir ay sort
Que Raison soit de ta sorte
Et qu'encor venras au port
D'onneur par la droite porte.

A joie me tire
Espoirs, Diex li mire;
Et si me fait rire,
Quant sui en tristour,
Car il me vient dire,
Quant mes cuers souspire:
"Lay triste matire,
Ton dueil et ton plour,
Retourne en baudour
Et lay ta folour;
Brief venra le jour
Que tes cuers desire:
C'iert ta douce amour
Qui est droite flour
De toute valour
Hors de ce martire."

Si ne doy desdire
Espoir n'escondire,
Car il fait de m'ire
Joie, quant je plour,
Et sans contredire
Doucement m'atire
Et m'est trop dous mire
Contre ma dolour,
Si que la savour
De sa grant douçour
Me tient en vigour
Et me fait despire
Fortune et son tour
Qui en grant paour
Et en grant labour
Fait maint cuer defrire.

Pren confort en ta souffrence
D'esperence
Main et soir:
Se tu le fais sans doubtance
D'esperence,
Nul pooir
N'a de toy faire grevence.
C'iert vaillence,
C'iert savoir,
C'iert joie, pais, aligence;
C'iert plaisance
De l'avoir.

Et se yre ou Despit te lance
De sa lance,
Recevoir
Dont en bonne pacience,
Ne t'avence
De mouvoir,
Car au goust de souffissance
Ta pesence
Dois avoir:
Miex vaut assez s'acointence
Que puissence
D'autre avoir.

Se le dous viaire cler
Qui n'a point d'amer,
Qu'est nomper
Et sans per,
A veoir te tarde,
C'est Desirs qui dementer
Fait et tourmenter,
Souspirer
Et plourer
Maint cuer; maus feus l'arde.

Car tant me fait endurer
Que ne puis durer.
Mais tourner
Sans cesser
Te dois à la garde
D'Espoir et de Dous Penser,
S'il te vuet grever
Pour amer
Ne doubter.
Là n'aras tu garde.

Ne say se me sui vantée
D'estre douce ou desirée;
Mais, comment qui il aille,
Ne suis pas asseürée
Que soie la miex amée.
Or vaille que vaille,
Dit l'ay; se la destinée
Chiet seur moy, forment m'agrée
Ceste devinaille,
Se de telle heure suis née
Que, sans villeinne pensée,
A t'amour ne faille.

Mais quant à ce suis menée
Que mon cuer sans dessevrée,
Tout entier, te baille,
Où vraie amour enserrée
Est, loyal, ferme et secrée,
Ce seroit, sans faille,
Pechiés d'estre si moquée;
Et pour à vois esplourée
Te pri, ne te chaille
D'autre amer, quar, qui bée
A m'amour qui t'est donnée,
En vein se travaille.

En tels deduis
Est mes cuers duis
De grieté vuis;
Et c'est conduis,
Espoir, par toy, quant seur moy luis.
Mais trop me cuis,
Car en un puis,
Où j'ay d'anuis
Plus de cent muis,
M'estuet cheoir, quant tu t'en fuis.

Là fleurs ne fruis
N'a, seule y suis;
Pour ce ne puis
De joie l'uis
Trouver. Là sont longues mes nuis,
Là me destruis,
Quant ne te truis;
Là tant me nuis
Et si me duis
Qu'à plourer est tous mes refuis.

Mais ne m'esmay,
Quant je t'ay,
Car li plaint
Et li esmay
Que je tray
Sous esteint
Ta force veint
Et seurveint,
Bien le say,
Tout ce qui teint
Et desteint
Mon cuer gay.

Si qu'en mon lay
Sans delay
Et sans plaint
M'esjoïrai
Et lairay
Mon compleint;
Et se mal meint
M'ont destreint,
D'un cuer vray
Qui en toy meint,
Que qu'i meint,
T'ameray.

Pour ce, amis, pren de ta gent
Espoir le tres biau corps gent
Et le dous nom
Qui tout veint de bon renom.
Et vraiement,
S'en toy d'eus hsa fermement
L'impression,
Tu vivras en ta prison
Joieusement.

Se tu le fais autrement,
En dolour, dolentement,
Confusion,
Pleur et lamentation
Aras souvent.
Loe Dieu devotement
Et à bas ton:
N'i voy milleur ne si bon
Esbatement.


Discography

  1. Channel Classics CCS 0390
    Guillaume Machaut - Le Lay de Confort
    Little Consort & Frans Brüggen
    Rec.: 1988

  2. Éditions du Layeur ISBN 2-911468-52-X [Book + CD]
    Lais Bretons
    Aux origines de la poésie chantée médiévale
    Gérard Lomenec'h & Agnès Brosset
    Rec.: 2000 or prior


Please see the Machaut index page for an introduction, discussion of methodology, and notes on this project.

To Machaut index page

To Early Music FAQ

Pierre-F. Roberge
Todd M. McComb