Machaut: Pour ce que plus proprement (L23/17)

Two-voice lai (combining alternate halves of each stanza).

Sources: Machaut Manuscripts E

Lyrics

Un Lay de Consolation

Pour ce que plus proprement
Chascuns de son sentement
Parle que d'autrui pensée,
Je de ce que mon cuer sent
Vueil faire amoureusement
Un lay, Amours, si vous agrée.

Et se ce fai rudement,
De vous gracieusement
M'en soit l'euvre pardonnée,
Ma dame, si vraiement
Que mes cuers est ligement
Tous vostres sanz demourée.

Je fui, ma dame de pris,
Sanz mespris,
En qui tout bien est compris,
Par vo tres douce maniere
De vous bien amer espris
Et souspris,
Si qu'encore sui tout pris,
Quant je voy vo lie chiere.

Si ne doi estre repris,
Se j'empris
A vous amer, que je pris,
Quar Amours fine et entiere
Le m'a enjoint et apris;
S'est mes pris,
Que ne m'aiés en despris,
Ma tres doulce dame chiere.

Et quant je me senti à ce mené,
Par le pooir d'Amours qui tous cuers vaint,
Que mi penser furent tout ordené
En vous, ma dame, en qui tous mes corps maint,

Je, confians de vostre humilité,
D'ardant desir fort espris et contraint,
A vous servir de bonne volenté
M'offri, dame, moult de paour attaint.

Et vous, ma dame honnorée,
De franchise enluminée,
D'humilité renommée
Et de toute honnour parée,
Disant grant mercis
De maniere asseürée,
Par semblant enamourée,
Si fistes estre doublée
L'ardour est renouvelée,
Où j'estoie mis.

Dont ma coulour fu muée
Et ma vigour tresalée,
Comme se chose facée
M'eüst troublé à journée
Tous mes espris.
Helas! doulce desirée,
Gaires... aprestée
Attainte ne apprisée
De la peine à moy donnée
Pour vostre doulz vis.

Ainsi departant,
Ma dame vaillant,
Fui de vous; maiz tant
Me senti engrant
De vers vous retraire
Que tous jours present
Estoie et tendant
A vo doulz semblant
Et gent corps plaisant,
Pour y retour faire.

Si me mis avant
Par maintes fois, quant
Vers vous esbatant,
Juant et bourdant,
On se pouoit traire,
La doulçour si grant
Estoie sentant
En vous regardant
Que mieux n'en vivant
Ne me peüst plaire.

Et ce m'a tenu en joie
Si grande que ne vouloie
Greignour bien ne ne queroie
Que la douçour où j'estoie,
En trestout me delitoie
Et sanz grevance faisoie
Tout ce que de cuer pensoie
Comment n'y failloie.

Quant aucune part aloie,
Si tres legiers me sentoie
Que a mon avis je voloie;
Et ainsi mon temps passoie,
Ne nul courroux ne tenoie,
Puis qu'à penser m'atournoie
A vous doulce, simple et coie,
A cui tous mes cuers s'ottroie.

Helas! celle douce vie,
Renvoisie
Et jolie,
M'a pou tenu compaignie,
Dont je me dueil fort.
Par malvaise genglerie,
Par envie
Commencie,
Diex Malebouche maldie
Et dont elle a port!

Quar la perverse pourrie,
Ennemie
Renoiie,
Defait contre moy partie
Et me greve à tort
Tant que jour, nuit ne demie
N'est partie
Ne faillie
Ma doulour ne amenrie
Dont j'ay pis que mort.

Quar ce que j'ay plus doubté que mourir
M'est avenu; bien doy l'eure haïr.
C'est qu'il me faut, et par force, abstenir
D'aler parler et aussi d'envoier
Vers ma dame que j'aim, craing et desir
Plus que chose que Dieux ait fait venir.
Helas! comment pourraie je ce souffrir?
Je le sçay, se Dieux me vueille aider.

Si n'en peüst qu'à moy seul mesvenir,
Je fusse tous conseillés de choisir;
Maiz ma dame en pourroit grant mal sentir
Et sanz raison son oïr reprochier,
Et ce mes cuers ne pourroit consentir.
Ainsi me doint Amours de li joïr,
Qu'onques vers lui n'oi cuer fait ne desir
Ne pensée pour s'onnour empirier.

Et elle est, à dire voir,
Pleinne de si grant savoir
Et si bien vuet son devoir
Faire leur elle est tenue
Qu'on ne lui pourroit mouvoir
A mal ne li decevoir;
Tant est pour tout parcevoir
Sage et de bien pourveüe.

Chascun scet bel recevoir
Dont sa bonté apparoir
Se fait et ramentevoir
Tant que bien est congneüe.
Dont je me doy bien doloir
Et avoir cuer triste et noir,
Quant de si plaisant miroer
M'est couverte la veüe.

Je ne sçay
Que verray,
Où iray
Ne que devenray.
Mais, comment qu'il aille,
Et Ameray,
Serviray,
Cremiray
Et obeiray
Ma dame sanz faille.

Pour esmay,
Se je l'ay,
Et maltray
Je ne laisseray
Bon grain pour le paille,
Ains aray
Cuer tres vray
Et feray
Ce que deveray,
Et vaille que vaille.

Ma tres doulce dame excellente,
Pour ce que vo loyaux cuer sente
Et sache le bien et dolour
Que bonne Amours en mon cuer sente
Pour vous, que on doit dire vraie ente
De tout bien et de toute honnour.

En ce lay faire ay mis m'entente
Et compris, sans ce que je mente,
Ma vie, attains de vostre amour.
Si veulliés, s'on le vous presente,
A l'oïr lire estre presente
Et ne le tenés à labour.

"Amis, tieng certainnement
Qu'il me desplaist grandement
De la peinne à toy livrée;
Maiz il faut souffrir souvent
La choze qui bonnement
Tost ne puet estre amendée.

Vif en espoir liement
Et serf Amours loialment,
Quar toudis n'ara durée
Chis temps, et aucunement
Verras que pour toy briefment
Sera joie recouvrée."


Discography

  1. Éditions du Layeur ISBN 2-911468-52-X [Book + CD]
    Lais Bretons
    Aux origines de la poésie chantée médiévale
    Gérard Lomenec'h & Agnès Brosset
    Rec.: 2000 or prior

  2. L'Oiseau-lyre DSDL 705 [LP]
    Guillaume de Machaut - Le Lay de la Fonteinne & Un Lay de Consolation
    The Medieval Ensemble of London - Peter & Timothy Davies, dirs.
    Rec.: 1983 or prior


Please see the Machaut index page for an introduction, discussion of methodology, and notes on this project.

To Machaut index page

To Early Music FAQ

Pierre-F. Roberge
Todd M. McComb